Violon Brescia

Février 2014

 
Parallèle à la lutherie crémonaise, l’école de Brescia défend une autre facture moins célèbre bien que reconnue, comprenant des maîtres tel que Gasparo Bertolotti Da Salo, Giovanni Paolo Maggini.
 
Couvrant le XVIe et le XVIIe siècle, elle se caractérise par des modèles d’une autre proportion (dans ces volutes, ces longueurs de manche et de corps) et dans un autre style (les volutes paraissent taillées avec plus de liberté, les tables et les fonds, avec de solides voûtes, sont souvent ornés de double filets comprenant aussi d’autres motifs entrelacés.)
 
Il n’est pas évident de connaître les techniques de fabrication utilisés pour ces instruments, tant ils ont été remaniés au cours des siècles suivants.
Cependant, plusieurs recherches récentes se rejoignent pour imaginer la facture de ces instruments sans moule, impliquant leur facture depuis l’extérieur (à l’inverse de la lutherie crémonaise, qui suppose une facture depuis l’intérieur, avec moule, en particulier à partir du XVIIe)
 
Inspiré et intéressé par cette lutherie, je m’attache à retrouver des techniques de fabrication en lien avec cette époque, ouvrant ainsi de « nouvelles possibilités » (bien que antérieure à la fabrication avec moule!), sur la facture de violon.
 
Le choix des ornementations sera assez simple, afin de se concentrer plus directement aux proportions et aux techniques fabrications (mise en place du manche et des éclisses, forme des voûtes,…).
 
Ce violon sera monté intégralement de cordes en boyaux nus, comme il était l’usage au XVIIe siècle.